Sylvain Lagarde

Traumnovelle des Nebels…

La nouvelle rêvée… Ma nouvelle rêvée : une errance à travers un paysage fantomatique situé entre rêve et réalité. Les différents chapitres de cette quête visuelle traduisent une sorte de variation métaphorique sur l’érotisme. En effet, certains paysages, par leurs courbes, leurs lignes suggestives, peuvent devenir pour l’œil un véritable corps et se révèlent porteurs d’une sensualité qu’on se prend peut-être à fantasmer. Ces paysages, qu’il faut parfois découvrir dans une démarche de conquête, peuvent s’offrir dans toute leur tranquillité, tranquillité qui n’est pas sans rappeler un abandon presque lascif.

Le brouillard joue alors un effet de voile qui installe un séduisant jeu de caché – dévoilé créant désir et plaisir de l’œil, mais installe en même temps une atmosphère étrange, presque inquiétante dans sa manière ouateuse de transformer le paysage.

 

Toutes ces images ont été prises le dimanche matin, assez tôt, dans des moments de solitude où l’absence apaisante de l’autre rendait paradoxalement cet autre d’autant plus désirable. Mon regard a sans doute été construit par ce paradoxe retrouvant dans ces paysages froids une chaleur humaine qui n’était pas loin.